VOLUME 75 | MERCREDI 18 MAI 2022

VOTRE RESSOURCE POUR DÉMÊLER LES ACTUALITÉS LIÉES À LA DÉMOCRATIE.



Bienvenue sur Le Fil, votre ressource bihebdomadaire où L'Apathie c'est plate vous tisse un tableau clair de la politique canadienne.

COUPONS LE RUBAN

Le droit à l’avortement fait l’objet d’une grande attention aux États-Unis, et il y a des retombées pour le Canada. Que se passe-t-il? Tout a commencé lorsque le média Politico a publié une copie d’un projet d’opinion de la Cour suprême des États-Unis, suggérant qu’une majorité de juges sont prêts à annuler Roe v. Wade. Il s’agit de la décision historique qui a protégé le droit des femmes américaines à se faire avorter, et son annulation signifie que l’avortement sûr et légal pourrait prendre fin dans certains États. (En passant, la divulgation d’une telle ouverture de brèche est *très* rare.) En réponse à tout cela, le premier ministre Justin Trudeau et la vice-première ministre Chrystia Freeland ont affirmé leur soutien aux droits des femmes, et le gouvernement libéral a annoncé le financement de deux initiatives visant à élargir l’accès aux services d’avortement au Canada. Au milieu de tout cela, c’est le moment de s’informer sur le long combat pour l’accès à l’avortement au Canada. Ce balado de Canadaland (en anglais) couvre la question. Et ce balado de Ça s’explique se demande si ce sera la fin de l’avortement aux États-Unis. 

Au 74e jour de la guerre en Ukraine, le premier ministre Trudeau a effectué une visite inopinée en Ukraine afin de montrer le soutien du Canada à l’Ukraine et à son peuple. La vice-première ministre Chrystia Freeland et la ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly se sont jointes à la petite délégation de M. Trudeau dans la zone de guerre dimanche dernier, où elles ont visité une banlieue de la capitale Kiev pour constater de visu la dévastation causée par les bombardements russes. M. Trudeau a rencontré en personne le président ukrainien, Volodymyr Zelenskyy, et a également fait de nombreuses annonces, comme l’augmentation de l’aide militaire à l’Ukraine, le renforcement des sanctions contre les personnes et les entités russes, l’octroi de 25 millions de dollars pour la sécurité alimentaire en Ukraine et la réouverture de l’ambassade du Canada à Kiev. Découvrez les nombreuses considérations qui ont présidé à ce bref voyage, notamment comment, compte tenu des nombreuses préoccupations en matière de sécurité, les responsables ont réussi à garder le tout secret jusqu’à ce que M. Trudeau soit en Ukraine. 

Passons maintenant à la course à la tête du Parti conservateur, où beaucoup de choses se passent avant le vote du 10 septembre. Les six personnes en lice pour le poste suprême ont eu leur premier débat la semaine dernière à Edmonton. Qui était là et comment ça s’est passé? Les candidat.e.s sont trois député.e.s conservateur.ice.s : Pierre Poilievre, Leslyn Lewis et Scott Aitchison; l’ancien premier ministre du Québec, Jean Charest; le maire de Brampton, Patrick Brown; et le député provincial de l’Ontario, Roman Baber – faites connaissance avec ces personnes ici. Le débat a été un peu houleux, les candidat.e.s ayant abordé toute une série de sujets, de la guerre en Ukraine à l’avortement, en passant par la gestion de l’offre et les émissions de télévision qu’ils regardent en boucle. Par ailleurs, trois candidat.e.s qui ont été écarté.e.s de la course à la direction, même après avoir collecté suffisamment d’argent et de signatures pour se qualifier, prennent la parole. L’un est un avocat de Toronto, qui veut savoir pourquoi il a été écarté, tandis que deux autres sont des candidats conservateurs sociaux

 


LES PETITS FILONS 

Autre appel : La semaine dernière, la Cour suprême de l’Alberta a déclaré que la loi fédérale sur l’impact environnemental était inconstitutionnelle. C’est une victoire historique, selon le premier ministre Jason Kenney, dont le gouvernement a appelé la loi « la loi sur les pipelines ». Mais Ottawa a immédiatement déclaré qu’il ferait appel devant la Cour suprême du Canada. La loi sur l’évaluation d’impact permet au gouvernement fédéral d’examiner les retombées des nouveaux projets de ressources sur des enjeux tels que le changement climatique. 

Débat dramatique : Saviez-vous qu’il y a un organisme qui supervise les débats des élections fédérales? Elle s’appelle la Commission des débats des chefs, et elle a été formée en 2018 pour créer un meilleur événement. La Commission vient de publier un rapport final sur les débats télévisés de 2021, qui indique que les débats n’ont pas aidé les électeur.ice.s à comprendre les politiques des partis, que le format était trop complexe et déroutant, et que les prochains débats devraient être mieux modérés. Aïe. 

Campagne commencée : En parlant de débats, il y en a en Ontario. C’est parce que la campagne électorale provinciale de l’Ontario a démarré le 4 mai, et que le jour des élections est le 2 juin. Les quatre chef.fe.s des principaux partis – qui chapeautent les progressistes-conservateurs, les néo-démocrates, les libéraux et les verts – ont eu deux débats des chefs. Pour info, si vous habitez en Ontario, vous pouvez voter de plusieurs façons : par courrier, dans un bureau de vote par anticipation ou le jour du scrutin. 

 

Super série : On dit que toutes les bonnes choses ont une fin. C’est le cas de Mattea Roach, la jeune femme de 23 ans qui a mis fin à son impressionnante série de victoires à Jeopardy! avec 23 victoires. Elle est la joueuse canadienne qui a remporté le plus de succès à l’émission. Elle a remporté 560 983 $ US en gains, et a même été mentionnée à la Chambre des communes. Pour en savoir plus sur Mattea, écoutez cette entrevue (en anglais) sur son expérience à Jeopardy! Et lisez cet article sur sa fierté de représenter les LGBTQ+.


Les autres nouvelles qui nous ont décousu.e.s

Ahmed Hussen est le ministre canadien du Logement, et il a une connaissance approfondie du logement abordable, ayant notamment vécu dans un logement social pendant ses premières années au Canada. Dans cet article, il parle de son plan pour résoudre la crise du logement au Canada, et nous sommes d’accord. Nous lisons également cet article sur le fait que, pour la première fois, les femmes autochtones représentent la moitié de la population féminine dans les prisons fédérales du Canada. Au Canada, une femme sur 20 est autochtone. Cette décision intervient après que les gouvernements ont tenté de s’attaquer au problème de la surreprésentation des autochtones en prison, et l’ombudsman des prisons qualifie la situation actuelle de « choquante et honteuse ».


Avez-vous des questions? Vous voulez collaborer? Avez-vous des commentaires?
Vous pouvez nous rejoindre au [email protected].

Created with NationBuilder, software for leaders.

ABONNEZ-VOUS AU FIL ET FAITES-VOUS-LE LIVRER!

TEXTEZ #LEFIL AU 514-600-3499 POUR RECEVOIR DES ALERTES MOBILES.
OU LAISSEZ VOTRE COURRIEL POUR LE RECEVOIR DANS VOTRE BOÎTE DE RÉCEPTION.